Les pouvoirs publics mettent la pression sur les magasins "autonomes" le dimanche

Les pouvoirs publics mettent la pression sur les magasins "autonomes" le dimanche

Rédigé le 23/09/2019


À Angers, l'inspection du travail dénonce des pratiques illégales lors de l'ouverture du Géant Casino en mode autonome, le dimanche après-midi. Le gouvernement a promis de se pencher sur la question, mais les observations formulées, à ce stade, ne ciblent que des points de détail.

Mediapart a mis la main sur un courrier que l'inspection du travail a envoyé à Casino. Les observations portent sur l'ouverture le dimanche après-midi du Géant Casino d'Angers (49) et les commentaires sont salés, enjoignant par exemple au distributeur de mettre fin à un "travail illégal". 

Casino multiplie, depuis 2018, les conversions de magasins en mode autonome le dimanche après-midi ou la nuit. Les employés désertent les points de vente, les clients utilisant seulement les caisses automatiques sous l'œil de vigiles. Imaginé pour la proximité urbaine, le concept a été étendu à quelques supermarchés Casino (urbains également), puis le Géant Casino d'Angers a été le premier hyper à inaugurer le dispositif fin août. 

Sur des surfaces de vente plus grandes, Casino étoffe parfois l'équipe sur place avec une ou plusieurs animatrices. Comme les vigiles, elles ne sont pas employées par le distributeur, ce qui permet donc de se conformer à la réglementation qui stipule que les magasins avec salariés ne peuvent pas ouvrir le dimanche après-midi.

Ils sortent du cadre de leur mission

Mais l'inspection du travail, qui n'a pas manqué de venir observer ce qui se passait à Angers, ne l'entend pas de cette oreille. Selon le document cité par Mediapart, les animatrices et les vigiles présents le dimanche après-midi ne respectent pas le cadre strict de leur mission. 

En assistant trop les clients, par exemple lorsqu'ils peinent devant une caisse automatique, ils remplissent un rôle qui est normalement celui des employés du magasin. Et mettent donc le distributeur dans l'illégalité. 

À ce stade, il n'y a pas vraiment de quoi remettre en cause l'ouverture en mode autonome, sur laquelle Casino ne souhaite évidemment pas revenir. Mais l'ambiance des magasins, le dimanche, va perdre le peu de convivialité qui lui restait avec des vigiles ou des animatrices qui resteront les bras croisés devant les clients, expliquant comme ils le pourront que la loi leur interdit de les aider. 

Un bras de fer intéressant

Le bras de fer entre les distributeurs (Carrefour s'est engouffré dans la brèche ouverte par Casino) et les pouvoirs publics promet d'être intéressant. L'opinion publique est partagée sur l'ouverture le dimanche, perçue à la fois comme un recul social et un vrai confort dans l'organisation personnelle. Le gouvernement, qui avait laissé faire lorsque seule la proximité passait en mode autonome, a réagi au buzz médiatique suscité par l'ouverture du Géant Casino d'Angers et promis d'étudier la question. 

Reste maintenant à savoir s'il sifflera la fin de la récré pour les enseignes ou, poussé par l'absurdité d'une réglementation qui autorise la surveillance mais pas l'assistance des clients le dimanche, s'il assouplira au contraire sa position.