Yvelines : l’hypermarché Carrefour dernière génération aux petits soins pour ses clients

Yvelines : l’hypermarché Carrefour dernière génération aux petits soins pour ses clients

Rédigé le 03/10/2019


Caisses réservées aux bavards, bar à salades, produits bio à foison... Carrefour présente ce jeudi son premier magasin remodelé en Ile-de-France, à Flins-sur-Seine.

Bienvenue dans l'hypermarché du futur. Après Dijon (Côte-d'Or), c'est dans les Yvelines que Carrefour ouvre son magasin de dernière génération. À partir de ce jeudi, les habitués de l'hyper de Flins-sur-Seine (Yvelines), qui emploie 378 salariés, pourront faire leurs emplettes dans une grande surface totalement remodelée selon le concept « Next ».

L'idée : proposer un nouveau mode de consommation. Et c'est radical. Les clients râlent parce que les hypermarchés sont trop grands ou trop compliqués ? La superficie des lieux a été amputée d'environ 20 %. Exit, les rayons gros électroménager et bijouterie : pour acheter son frigo ou sa machine à laver, il faudra se rendre sur Internet.

Ici, tout est plus simple. À l'entrée, on trouve un rayon consacré aux fondamentaux où l'on peut acheter ses piles, son journal ou son tube de rouge à lèvres sans avoir à traverser tout le magasin. « L'objectif est d'offrir des chemins plus courts pour que nos clients aillent plus vite à l'essentiel », avance Carlos Machado, le directeur des lieux.

3 000 références au rayon bio et 350 produits en vrac

Ils réclament plus d'alimentaire ? Carrefour leur en propose à foison. Le rayon bio passe ainsi d'une centaine de références à près de… 3 000 ! Pour l'anecdote, on y trouvera 350 produits en vrac, là où des supermarchés traditionnels n'en proposent que quelques dizaines.La nouveauté la plus visible se situe à l'entrée de la grande surface avec l'apparition de la « Fresh avenue ». Sorte de halle du marché, cet espace propose des points de restauration variés. Il y en a sept en tout parmi lesquels un coin italien et asiatique, un autre consacré aux fruits et légumes, un point café… À l'image des mercados (marchés) portugais, les clients pourront y choisir des repas, des boissons et manger sur place. De quoi répondre à la demande des salariés du secteur dont les ouvriers de l'usine Renault toute proche ou du site Airbus des Mureaux.

Enfin, Carrefour n'oublie pas de jouer la carte de la proximité avec un rayon consacré à une trentaine de produits locaux comme les yaourts I-Grec, fabriqués aux Alluets-le-Roi, les pommes de terre d'Auffreville-Brasseuil, la bière du Vexin ou le brie du Tremblay-sur-Mauldre.

Le client aura « des parcours de caisse et de courses plus courts »

Toujours dans un souci de simplifier et d'offrir des entrées multiples, la longue enfilade de caisses disparaît. Il existe désormais plusieurs espaces pour payer ses achats, avec une seule file d'attente.

Au terme de ces travaux entamés au début de l'été, et réalisés sans fermeture du site, l'ensemble dégage une impression plus lumineuse, plus aérée et vivante. Une transformation radicale qui ne se limite pas à un simple lifting. « Nous nous reposons sur l'analyse des demandes de nos clients, indique Marie Cheval, directrice exécutive Hypermarché chez Carrefour France. Ils réclament des parcours de caisse et de courses plus courts et plus simples. Ces évolutions s'inscrivent dans la transformation de Carrefour pour devenir le leader de la Transition Alimentaire pour tous.»La proximité de Paris, la variété de sa clientèle, partagée entre les classes populaires, rurales et aisées, explique d'ailleurs que le groupe ait choisi Flins pour décliner son nouveau concept en région parisienne. Sa situation privilégiée en bordure de l'A13 lui permet d'attirer 2,9 millions de clients par an. La fréquentation de l'axe Paris-Normandie fait aussi les bonnes affaires de sa station-service qui est la troisième de France pour le groupe.

En outre, la grande distribution est confrontée à une crise existentielle d'envergure. L'arrivée d'Internet, la multiplication des drive et la fin du modèle de l'hypermarché géant obligent les marques à se réinventer dans un secteur concurrentiel. Le 23 janvier 2018, le nouveau PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, avait annoncé un plan stratégique, intitulé « Carrefour 2022 ». Le patron avait alors dévoilé les clés de la reconquête : concentrer son offre sur l'alimentaire. Deux autres hypers de la marque devraient ouvrir d'ici à la fin de l'année dans la région de Marseille et dans le Sud-Ouest.

Des caisses réservées aux bavards !

 


On a tous un ami, un parent ou un collègue de bureau particulièrement bavard. Carrefour a pensé à eux (et à leurs proches) en créant une « blablabla caisse ». Ce n'est pas une blague : cette dernière est ouverte aux clients qui aiment prendre leur temps et discuter avec leur caissière préférée sans faire soupirer d'impatience les autres visiteurs.

Cette caisse est identifiée par un panneau et les hôtesses qui y exercent sont choisies pour leur conversation ou leur sociabilité. « Certains de nos clients viennent tous les jours pour voir du monde et avoir un peu de compagnie. Nous répondons à leur besoin », indique-t-on chez Carrefour France.