Jean-Marc Robin (DSC FO) attend toujours les réponses de la Patronne de Market.

Jean-Marc Robin (DSC FO) attend toujours les réponses de la Patronne de Market.

Rédigé le 21/03/2020

Veuillez trouver ci-dessous le mail que j'ai envoyé à Caroline Dassié (Directrice Exécutive France des Supermarchés)

Bonjour Madame Dassié,

Conscient de la charge de travail qui est la vôtre en ces temps troublés, le 19 mars dernier, je vous ai adressé un courrier par mail, auquel vous n'avez toujours pas répondu. Courrier dans lequel je vous faisais part de nos dernières revendications en date. 

Marie-Hélène Chavigny (DRH Hypers et Directrice des Relations Sociales France) et Marie Cheval (Directrice exécutive Hypers France) ont elles répondu respectivement à Cyril Boulay (Délégué Groupe FO) et Dominique Moualek (Délégué National FO Hypers) au même courrier adapté aux différents formats.

Notre préoccupation chez FO est avant tout la santé de nos salariés et de leur famille. C'est en la préservant que Carrefour pérennisera l'activité de ses magasins. La grande distribution a été déclaré d'utilité publique, à ce titre notre entreprise doit également contribuer aux efforts pour limiter au maximum la propagation du Covid19. Pour atteindre ses deux objectifs, je vous demande :

- la fermeture généralisée de nos supermarchés à 19h00 (ouverture décalée à 9h00)

- de ne pas ouvrir le dimanche

- de mettre à disposition un thermomètre pour permettre à nos collègues de s'auto contrôler à chaque prise de poste

Je tiens également à souligner la promptitude de vos services à fermer et désinfecter les magasins dans lesquels un cas avéré de contraction de la maladie par un salarié été constaté, et la mise en quatorzaine de ses collègues restés trop longtemps en contact avec lui. 

Globalement, à ma connaissance, le matériel est en magasin (gants, gel, lingettes...), les Plexiglas installés, le flux client maitrisé, les gestes barrières imposés, il reste cependant des cas particuliers à régler.

Néanmoins, votre silence est de nature à alimenter les craintes, voir les peurs des salariés de notre entreprise. Il se sentent lâcher par leurs chefs. Je vous invite à lire le cri d'alarme de l'un d'entre eux que j'ai publié dans notre application. Lundi, à l'occasion de notre dernier et ultime entretien téléphonique, vous m'avez affirmé être proche de vos équipes, prouvez-le.

Cordialement