Caisses automatiques : les supermarchés confrontés à une hausse des vols

Rédigé le 04/05/2021

En France, en Grande-Bretagne et en Australie, la hausse du nombre de ces caisses s'accompagne d'une recrudescence du nombre de vols.

Les supermarchés pensaient faire des économies en installant des caisses automatiques. Seul problème, la hausse du nombre de ces caisses s'accompagne d'une recrudescence du nombre de vols, rapporte "le Figaro". 

Le 17 septembre dernier, "l’Est Républicain" racontait l’histoire de ce jeune garçon de 19 ans de Montbéliard qui après avoir pesé une console de jeux vidéo PS4 au rayon fruits et légumes, l'avait payé 9,29 euros au lieu de 340 euros. Une arnaque qu'il avait recommencée le lendemain avant de se faire prendre.

1 client sur 5 admet voler régulièrement

Le problème ne concerne pas que la France. En Australie, un commerçant s'est rendu compte qu'il avait vendu beaucoup plus de carottes, qu'il en avait en stock. En fait, les clients sélectionnaient "carotte" en pesant autre chose. 

En Grande-Bretagne, un client sur cinq admet voler régulièrement des produits. Les stratégies sont variées et souvent originales. Certains miment le passage d'un article devant le scanner tout en masquant le code-barres pour éviter que le produit ne soit comptabilisé. Un geste qui  passe inaperçu auprès de certains vigiles.

Un article publié en Grande-Bretagne en mai 2018 soutient la théorie selon laquelle les caisses automatiques pousseraient au vol. Emeline Taylor, enseignante en criminologie à la City University, à Londres explique sur le site "The Conversation" que le nombre de bornes de paiement en libre-service dans le monde doit atteindre 325.000 en 2019, contre près de 190.000 en 2013 selon "le Progrès"

La chercheuse souligne que certains clients se sentent justifiés car les caisses automatiques pousseraient au vol. 

Ce ne sont pas uniquement les plus défavorisés qui subtilisent des produits: certains le font par défi ou ruse, ou encore pour tromper la routine et l'ennui des grandes surfaces..., ajoute Emeline Taylor."

Le "coup de la banane"

Dans sa chronique quotidienne sur Europe 1Axel de Tarlé évoquait ce mardi la liberté laissée aux consommateurs qui utilisent les caisses automatiques et qui peuvent en abuser. Le chroniqueur appelle ce phénomène "coup de la banane" :

"Au rayon fruits et légumes, au moment de peser son article, on appuie sur "banane" au lieu de sélectionner les girolles à 30 euros le kilo que l'on a choisi ou les délicieuses fraises des bois bien plus chères. À la caisse, on paye donc ses 200 grammes de girolles au prix de la banane."

Selon Axel de Tarlé, ce phénomène pourrait remettre en cause le déploiement des caisses automatiques. 

"On n'a visiblement aucun scrupule à escroquer une machine, ce qui marque la limite de la robotisation. Certains clients expliquent qu'après tout, puisqu'ils font le travail, ils peuvent bien s'accorder une ristourne. Cela milite pour la présence de l'humain... ou de vidéo-surveillance dans les supermarchés" conclut-il.