CARREFOUR ACCÉLÈRE DANS LA LIVRAISON À DOMICILE AVEC LA PLATEFORME GLOVO

CARREFOUR ACCÉLÈRE DANS LA LIVRAISON À DOMICILE AVEC LA PLATEFORME GLOVO

Rédigé le 18/07/2019


 Carrefour accélère dans la livraison à domicile. Le distributeur français, qui cherche à développer un modèle omnicanal de référence et devenir le leader de l’e-commerce alimentaire, a signé un partenariat avec la plateforme Glovo, start-up espagnole et spécialiste mondiale de la livraison à la demande. Cette collaboration, qui sera déployée en France en exclusivité mais aussi en Espagne, Italie et Argentine à partir d’octobre 2019, permettra de proposer aux clients urbains un service de livraison en 30 minutes, 7j/7, depuis la plateforme Glovo.

Créée en 2015, Glovo permet aux particuliers de se faire livrer une multitude de produits : repas, courses, produits pharmaceutiques, cadeaux, etc. en moins d'une heure grâce à ses livreurs. La start-up est présente dans 26 pays et plus de 186 villes.

Ce partenariat entre Carrefour et la concurrente d'Uber Eats et Deliveroo a été conçu pour proposer aux consommateurs une solution de dépannage ou de complément pour les courses alimentaires en ligne. Il vient également compléter le service de livraison express disponible sur l'application mobile de Carrefour en France.

Concrètement, le client sélectionnera ses produits sur la plateforme parmi une gamme de 2500 références. Par la suite, les coursiers de Glovo récupèreront les commandes préparées dans les Carrefour Market, Carrefour City et Express qui forment un réseau de magasins dense à proximité des clients et les commandes seront directement livré en vélo ou en scooter.

Les premières villes à lancer ce service seront Paris pour la France, Séville et Valence pour l‘Espagne, Milan et Rome pour l'Italie et Buenos Aires pour l'Argentine.

Et avec ce partenariat, le distributeur enrichit son offre et d'accentue sa transformation digitale. En 2018, le chiffre d'affaires e-commerce alimentaire du groupe a progressé de plus de 30% à près de 1,2 milliards de d'euros. Concernant le premier trimestre 2019, le groupe indiquait également une hausse de plus de 30%. Son objectif de chiffre d'affaires e-commerce alimentaire de 5 milliards d'euros en 2022 avait d'ailleurs été réaffirmé.

Toutefois, " la question se pose de savoir si les trois autres marchés visés, hors la France (Argentine, Espagne et Argentine, via de grandes zones urbaines) qui restent des débouchés balbutiants pour le commerce alimentaire online méritent d'y déployer d'emblée une formule aboutie ", s'interroge Invest Securities.