Voici le signe le plus flagrant du burn-out professionnel

Voici le signe le plus flagrant du burn-out professionnel

Rédigé le 08/08/2019


Aujourdhui, on sait tous ce qu'un burn-out professionnel signifie. Pourtant, cette souffrance reste difficile à identifier comme telle, car il peut parfois ne s'agir que d'un simple ras-le-bol. Mais, selon des experts, il existe un signe qui ne trompe pas pour déceler le burn-out professionnel.

 

Vous êtes déprimée ? Débordée ? Surmenée ? Vous craquez le soir en rentrant à la maison ? Les syptômes du burn-out professionnel sont nombreux. Ce phénomène survient généralement lorsque l'on travaille trop, mais le diagnostic se révèle souvent complexe dans la mesure où ce "trop" n'est pas quantifiable de la même manière pour tout le monde. Toutefois, les experts s'accordent à dire qu'il existe un symptôme qui ne trompe pas : l'épuisement constant. "C'est l'indicateur numéro 1 du burn-out professionnel. Il désigne un profond sentiment de détachement dans son travail, mais aussi dans sa vie personnelle", explique à Bustle Emily Anhalt, consultante en psychologie spécialisée dans la condition physique émotionnelle et le bien-être en entreprise.

La coach de carrière Krishna Powell confirme. "Le signe le plus flagrant qui indique que vous souffrez d'un burn-out est une sensation d'extrême fatigue sur le long terme. Habituellement, c'est le premier signal d'alerte que vous envoie votre corps, quand vous tirez trop sur la corde. Vous dormez trop ou vous n'arrivez pas à vous concentrer parce que vous êtes épuisé. Cette fatigue extrême s'accompagne souvent de maux de tête, de perte ou prise de poids et vous êtes plus encline à tomber malade", explique cette dernière.

Bien évidemment, il convient de différencier un épuisement constant d'une fatigue temporaire qui dure seulement quelques jours. En effet, de nombreux facteurs peuvent déclencher une grosse fatigue comme le manque de sommeil, une déshydratation liée à une consommation excessive d'alcool, un événement stressant etc.

Une réelle maladie ?

 

Selon un rapport publié par des parlementaires en février 2015 , 30.000 de Français ont été touchés par le burn-out professionnel entre 2007 et 2012.

Pourtant, ce mal-être n'est pas encore reconnu comme une maladie professionnelle par le Code de la Sécurité sociale. Un choix jugé "inadmissible" par une trentaine de députés qui a cosigné une tribune dans le Journal du Dimanche en décembre 2014. Ces derniers considèrent que les "effets de l'épuisement nerveux au travail" doivent être "à la charge de ceux qui en sont responsables, c'est à dire des employeurs".

Un laboratoire pharmaceutique a même réalisé une étude sur l'importance du phénomène. En janvier 2015, elle a commercialisé un complément alimentaire qui promettait de soigner les victimes de burn-out. En deux mois, le produit "miraculeux" était en rupture de stock. Alors réel remède ou seulement effet placebo ? En attendant de le savoir, on se demande comment réagir si on est touchée par ce fléau qui envahit les entreprises du 21ème siècle.

Bien évidemment, le repos est le meilleur moyen de diminuer cet épuisement extrême. On prend des pauses, on part en week-end prolongé et on coupe tout contact avec le bureau dès qu'on en sort ! La déconnexion est le meilleur des médicaments pour éviter un burn-out.

8 signes qui prouvent que vous êtes en burn out

Un burn out n'arrive jamais par hasard. Epuisement, stress, irritabilité, démotivation sont autant de signes qui doivent vous alerter. Si la moindre remarque vous met en rogne et si vos journées de boulot s’allongent inexorablement, même si vous pensez tout parfaitement gérer, il est grand temps de ralentir le rythme.

1. Vous êtes épuisée
Quelque chose ne va pas. Depuis des semaines, vous êtes exténuée. La nuit vous ne trouvez plus le sommeil. Ralentissez-le rythme, l’énergie n’est pas inépuisable. Vous risquez un matin de ne plus réussir à vous lever.

2. Vous déprimez
En réalité même si vous vous investissez toujours autant, vous n’avez plus vraiment de goût pour votre travail. Vos collègues vous agacent. Le petit nouveau et ses dents qui rayent le parquet vous découragent. Vous avez l’impression d’être nulle et invisible, malgré vos 10 ans d’ancienneté. Le burn out n’est pas bien loin.

3. Vous craquez le soir à la maison
Le soir à la maison, à la moindre remarque, vous fondez en larmes. Réaction typique : à force de prendre sur vous pendant la journée, vous relâchez  toute la pression chez vous. Et c’est votre compagnon le malheureux qui trinque. Dr Jeckill et M. Hyde ou comment la collègue besogneuse se transforme en dragon après le boulot. Réagissez avant que votre chéri ne fasse ses valises. 

4. Vous êtes débordée
Sur votre bureau les dossiers s’amoncellent, vos journées s’allongent de plus en plus et vos objectifs ont été multipliés par cinq depuis le début de l’année. Pas de doute, vous êtes surmenée. Négociez des délais raisonnables et demandez des ressources internes et externes qui pourront vous décharger. En un mot : DELEGUEZ.

5. Vous pensez pouvoir tout faire
Comment ça, vous, fatiguée, surmenée ? C’est une blague, vous gérez tout parfaitement. Vous êtes indispensable, votre boss vous le répétait encore l’autre jour. «  Tout va bien, je  t’assure », répétez-vous à vos collègues, copines, parents. Sortez du déni, prenez du recul sur votre situation, vous n’allez pas bien. Vous devez prendre un peu de temps pour vous, personne n’est indispensable partout. 

6. Vous n’arrivez plus à vous organiser 
Il fut un temps où vous étiez la reine de l’organisation. Vous jongliez entre les dossiers, les réunions, les sorties scolaires, avec une aisance qui épatait votre entourage. Mais depuis quelques mois, c’est tout le contraire. Vous oubliez des rendez-vous, repoussez des réunions, enchaînez les  petites erreurs. Rien de grave, mais ces incidents ont le don de vous énerver. Il est temps de faire un grand ménage dans vos priorités.

7. Vous avez accepté de nouvelles missions sans vraiment y réfléchir
Accepter des missions sans clairement analyser les conséquences et les risques, c’est juste du suicide. Vous avez foncé tête baissée dès que votre patron a évoqué cette nouvelle fonction. « Ouiii c’est pour moi, je suis partante », avez-vous claironné. Résultat, vous ne savez plus où donner de la tête. 

8. Votre vie personnelle est un lointain souvenir
Vous êtes connectée 24 heures sur 24, ramenez des dossiers à la maison, annulez un weekend  et filez au bureau à la moindre occasion. Bref vous êtes complètement dépendante de votre métier. Ce rythme n’est pas éternellement tenable. Vous ne pouvez pas nier vos besoins de repos, de liens et d’activités. Réservez-vous des plages horaires pour vous-même, faites des pauses dans la journée. Et soufflez le weekend.